Vous êtes ici : Accueil > Productions & techniques > Forêt - Agroforesterie > Plaquettes forestières pour litière animale

Plaquettes forestières pour litière animale

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Nous bénéficions aujourd’hui d’un certain recul dans l’utilisation de plaquettes bois en litière animale. Nous devons à l’Idele et aux agriculteurs qui se sont lancés dans la technique il y a quelques années. Leurs témoignages sont très positifs sur le sujet.

Les plaquettes forestières sont issues de bois broyés en copeaux de quelques centimètres de côtés (typiquement : 4*4*2cm). Les plaquettes diffèrent ainsi des sciures qui sont très fines et prennent en masse dans la litière.

 

Comment produire ses propres plaquettes ?

On peut utiliser des bois de feuillus ou de résineux provenant de l’entretien des haies ou de forêts. Les grumes ainsi que les grosses branches peuvent être utilisées.

Le chantier de broyage du bois en plaquettes doit être anticipé. Les grumes et les branches doivent être regroupées et rangées dans le même sens. On maximise ainsi l’efficacité du broyeur, dont la prestation est facturée à l’heure.

Dernière étape, les plaquettes doivent être séchées pendant 2 à 4 mois pour atteindre 25 % d’humidité. Les plaquettes sont mises en tas d’au moins 2 m de haut. Le tas n’est pas remué : il va fermenter et monter en température. Il est préférable de stocker les plaquettes sous abris (hangar, stabulation) ou sous une bâche hémiperméable.

Cependant, en été-automne, le temps plus sec peut permettre de faire sécher les plaquettes en extérieur. Une croûte se formera à la surface du tas et sera alors perdue.

 

Comment pailler

La plaquette peut être utilisée en stabulation libre, étable entravée ou aires d’exercice. Les solutions pour « pailler » sont multiples :

  • Déposer (au godet) une couche de 7 à 10 cm de plaquettes seules pendant 10 jours à 3 semaines. Continuer de pailler à la paille. (cf figure 1)
  • Déposer une couche de 20 cm de plaquette seule pendant 2 à 3 semaines. Retourner les plaquettes au cultivateur à dent pour faire durer la couche encore 10 jours. Continuer de pailler à la paille.
  • Déposer toutes les 3 à 4 semaines une fine couche de plaquettes (3 cm). Pailler quotidiennement mais avec 30% de paille en moins.

La litière noircit et paraît vite sale, mais ce n’est pas le cas .Pour évaluer la propreté de la litière il faut se fier à la propreté des animaux.

Le volume de plaquettes nécessaire pour une saison est de 1 MAP par vache au minimum. Avec ce volume, 25% environ de besoins en pailles pourront être économisés.

Comment gérer le fumier avec des plaquettes ?

Il est conseillé de composter le fumier. Cela est indispensable dans le cas de bois de résineux, de chênes ou de châtaigniers. Le compost dégrade en effet les terpènes et tanins contenus dans ces bois et qui sont responsables de l’acidification. Le compostage se fait en présence d’oxygène : il faut donc faire de petits andains de 1 à 2 m de haut et les retourner au moins une fois au bout d’un mois.

Une fois composté, le fumier est légèrement basique et fait un très bon amendement pour une prairie.

Disposer 10 à 15 T/ha avec un épandeur classique (à hérissons verticaux).

 

Avantages des plaquettes

  • Au moins 1/3 de paille économisée (témoignages d’agriculteurs)
  • Coût de production de 15 à 20 €/MAP (y compris rémunération du temps de travail)
  • Paillage moins fréquent
  • Litière sans odeur
  • Confort des animaux : bonne portance, pas d’incidents rapportés

Quelques contacts

Prestation de broyage :

  • ETA CLAVEL Régis à La Canourgue - 04 66 32 62 77 ou 06 80 42 56 45
  • MONPLOT Philippe à Saugue (Haute Loire) : 06 07 30 04 66
  • CA&E CHAYRIGUES à Flavin (Aveyron) 06 60 54 51 78

Contact

Vous souhaitez un renseignement ?

Frédéric JAUVERT

Conseiller spécialisé forêt

Tél : 04.66.65.62.00

Chef de service référent

Jean Charles COMMANDRE

Chef de Service forêt et transversalité

Tél : 04 66 65 62 00